portrait n°4

09/24/2018

portrait n°4

Marie-Martine Laulagnier de Barba est généalogiste successorale et familiale au sein d’Argos Généalogie

Diplômée du D.U. en Généalogie & Histoire Familiale de l’université de Nîmes (première session à distance en 2015-2016, Promo Bataclan) et juriste de formation, Marie-Martine Laulagnier de Barba est généalogiste successorale et familiale au sein d’Argos Généalogie EIRL.

Elle est présente sur les réseaux sociaux sous l’intitulé ARGOS GENEALOGIE : Twitter, FB + son site internet : https://genealogieargos.jimdo.com

Basée à Beauzac, en Haute-Loire, elle intervient en région Rhône-Alpes-Auvergne et ailleurs en proposant une foultitude de services à ses clients particuliers et professionnels.

C’est une des premières à avoir répondu à notre question façon Proust. Voici ses réponses…

 

 

Ce qui m'a amenée à la généalogie ? La curiosité.

 

Le nombre de personnes dans mon arbre ? Plus de 4000.

 

L’ancêtre le plus ancien retrouvé ? Avec les réserves d’usage… Childebrand d’Orléans, né en 680 ; d’autres recherches m’ont emmenée au début de l’ère chrétienne, mais je n’ai pas été en mesure de vérifier leur véracité.

 

Mes héros ou héroïnes dans mon histoire familiale ?  Louis Chanteloube, peintre, chef d’entreprise et héros de la Grande Guerre, et Pons de Chapteuil, le croisé troubadour.

 

L'objet associé à la mémoire familiale dont je ne me séparerai jamais ? Les cartons de dessin Jacquard et les cours d’histoire de l’art calligraphiés par mon arrière-grand-oncle et mon grand-père

 

Le principal trait de mon caractère ?  L’obstination.

 

La qualité que je préfère chez un généalogiste ? La rigueur.

 

Ce que j'apprécie le plus aux Archives ? C’est ma deuxième maison !

 

Quel serait mon plus grand bonheur de généalogiste ?

 

Quel serait mon plus grand malheur ? Détecter un faux en écriture notariale.

 

Ce que je déteste le plus ? Ne pas trouver.

 

Ce qui m'a amenée au DU de Généalogie de Nîmes ? Le besoin d’obtenir une méthodologie.

 

Le plus beau souvenir de ces six mois de formation ? Les relations que j’y ai nouées.

 

Le cours que j'ai préféré ? Tous sauf l’anthroponymie.

 

Ce que j’aime dans l’Association des étudiants de généalogie de Nîmes ? Son dynamisme.

 

Où j’en suis dans mon installation professionnelle ? Structure existante.

 

Mon matériel et mes logiciels de généalogiste ? Heredis 2017, genopresse, wintree.

 

Mes sites préférés ? criminocorpus

 

Mes atouts personnels en tant que généalogiste ? Ma formation juridique spécialisée en droit des successions et des obligations.

 

Mes projets généalogiques en cours ? Développer l’intérêt des municipalités pour le rôle des généalogistes dans l’intégration des biens sans maître.

 

Ce que je voudrais être dans ma vie de généalogiste professionnel ? Reconnue pour mon professionnalisme.

 

Si mes compagnons de promo me donnaient un surnom, ce serait… c’est à eux qu’il faut le demander !

 

Ma devise ? 

Il y en a 2 :

Labor improbus omnia vincit

…et pour le fun :

Il n’est si tant belle rose qui ne devienne gratte-cul.

 

portrait n°5 portrait n°3